Philippe Clay

Philippe Clay
Complainte d'Alphonse (Complainte du priapisme)

Amis que je vous raconte

La vie triste et pleine de honte

D'un horrible mécréant

Qui mourut voici cent ans

Doué d'une nature immonde

Du jour où il vint au monde

Il souffrit de priapisme

On lui mit un sinapisme

Pour lui calmer ses ardeurs

Mais ce fut peine perdue

Et, poussé par la douleur

Sous le flot de ses humeurs

Il noya dans le quart d'heure

La médecine incongrue.

Quand il eut cinq ans à peine

Une culotte de chêne

Fut d'un bois insuffisant

Pour lui rabattre le gland

On essaya bien des choses

Depuis des bains d'eau de rose

Jusqu'à du piment moulu

Qui lui violaçait le cul

Mais malgré ces tentatives

Il arquait comme un géant

Et, de l'une à l'autre rive

Criant qui m'aime me suive

Il dressait sur les eaux vives

Son gonfanon rougeoyant.

A quinze ans un jour de fête

Il attacha sa braguette

Avec un câble d'acier

Et s'en fut au bal Blomet

Sitôt entré dans la place

Il empoigne une puta-asse

Et commence tout de go

A trémousser un tango

Au bout de trois pas soudain

Il entend craquer le câble

Et l'engin se détendant

Anéantit en un instant

Dix sept filles et cinq enfants

Qui trépassent sous les tables.

Si le récit de sa vie

N'est pétri que d'infâmie

Sa mort éclaire d'un jour sombre

L'âme d'Alphonse et son ombre

Désespérant de trouver

Un endroit où se fourrer

Il s'engagea pour se battre

Dans l'armée du grand De Lattre

C'est là qu'il périt un jour

Victime d'un sort funeste

Car voulant faire l'amour

Avec un obusier lourd

Le coup partit, triste et sourd

Comme il commençait les gestes.

OptimusPrime

Toegevoegd door OptimusPrime op di 03 dec, 2013 1:14 pm

Auteur: ?
Componist: ?
Uitgever: ?
Taal: Frans

Reacties

CommonCrawl [Bot]

Volg Muzikum